coach sportif

Le Coolsculpting : outil phare de la liposculpture

Abdos-fessiers, cours de fitness, running et alimentation équilibrée. Vous avez l’impression d’en faire un max pour que votre silhouette soit irréprochable et cela contribue à votre bien-être général. Pourtant, quelques bourrelets disgracieux demeurent. Et ce pli là, en bas du dos. Puis cette banane, sous la fesse, que vous ne supportez plus ! Vous finissez par parler à votre coach sportif de votre dernière trouvaille sur le web : la liposculpture grâce à l’outil Coolsculpting. Il vous conseille de bien vous renseigner, et c’est ce que nous allons tâcher de faire sur Ownsport.

Coolsculpting, fesses de femme sans cellulite, comme après une liposculpture.
https://www.flickr.com/photos/christiandrehsen/

Coolsculpting, la liposculpture 2.0  ?

Sorte d’aspirateur à bourrelet, le Coolsculpting (se sculpter par le froid) nous vient des États-Unis. Le système  de liposculpture a été breveté en 2008 et est commercialisé par la société Zeltiq. La gentille machine tueuse de capitons bénéficie du marquage CE (Communauté européenne) médical depuis 2010, signe qu’elle colle aux exigences réglementaires européennes essentielles en termes de sécurité et de respect des performances. Elle a également reçu l’agrément de la Food and drug administration (FDA), agence de santé américaine.

Tout est parti de la tête bien faite de deux chercheurs outre-Atlantique. Ils se sont penchés sur la piste suivante : le froid peut entraîner la mort (apoptose) des adipocytes (cellules graisseuses), sur de petites zones localisées. Il faut dire que ces deux-là sont issus du Wellman Center for Photomedicine de Boston, plus grand centre américain de recherches en lasers et techniques apparentées, affilié à l’École de médecine de l’Université de Harvard. Alors bon, ils devaient être sacrément calés en peau d’orange.

Cryolipolyse : ennemie jurée de la poignée d’amour

Ces chercheurs passionnés par la cellulite ont tout misé sur la cryolipolyse. L’idée, c’est d’utiliser un applicateur fonctionnant à la manière d’une ventouse (voir vidéo de démonstration sur cette page) pour cette liposculpture réfrigérée. Il aspire la zone et la refroidit jusqu’à passer en dessous de zéro degré. Le traitement de chaque zone dure entre 45 minutes et une heure et suffit à tuer les cellules graisseuses localement. Elles sont naturellement éliminées par le corps au cours des trois mois suivant l’unique séance de Coolsculpting. En revanche, il faut s’armer de patience car la diminution de la couche graisseuse n’est pas immédiate mais progressive.

Les retours de la patientèle sont majoritairement positifs. Le fabricant estime qu’une séance permet d’éradiquer environ 20 % des cellules graisseuses de la partie traitée. La plupart de ceux qui ont testé le matériel disent observer une peau plus tonique, plus lisse et une véritable réduction des fameuses poignées d’amour. Bien entendu, tout cela est valable si on fait attention à son alimentation et qu’on la combine à une activité physique régulière.

Moins positifs, d’autres disent avoir développé une inflammation de la zone en question après la liposculpture par le froid, et notent même un changement de l’aspect de la peau, devenue irrégulière ou distendue. Notez que la sensibilité à cette technique dépend des personnes et des organismes. N’hésitez pas à vous renseigner auprès de plusieurs médecins avant de passer à l’action, afin de récolter divers avis et de faire un choix éclairé.

Plis de peau et de graisse sur le flanc d'une femme, qui mériteraient une liposculpture.
https://www.flickr.com/photos/petname/

Le diagnostic avant tout

Avec le Coolsculpting, on peut espérer modeler sa silhouette et se débarrasser de ses complexes sans aucune technique intrusive. Pas d’anesthésie, pas d’aiguille et encore moins de scalpel. Le ou la patient-e peut reprendre ses activités dès sa sortie du soin.

Pour bénéficier de la liposculpture par le froid, prévoyez un minimum de 600 euros par zone concernée. Notez qu’il vaut mieux passer par un centre de médecine esthétique. Évitez de faire confiance à du matériel inconnu – même si le coût est attractif – qui n’a peut-être pas obtenu les attestations de sécurité adéquates. Prenez donc rendez-vous avec un médecin esthétique qui étudiera méticuleusement votre cas et choisira avec vous les zones à traiter.

Notez que les peaux jeunes réagissent mieux que les peaux mûres. Aussi, cette technique est préconisée aux personnes ne souffrant pas d’un excès de poids et désirant seulement faire disparaître des zones disgracieuses sur le ventre, le haut et le bas du dos, les flancs, les fesses ou encore l’intérieur des cuisses.

L’apposition du dispositif sur la peau peut être douloureuse durant les premiers instants puisque la technique combine aspiration et froid. Heureusement, la zone est rapidement anesthésiée par l’action des panneaux réfrigérants. Juste après la procédure, vous aurez droit à un massage de quelques minutes afin d’activer la circulation du sang ainsi que l’élimination des cellules mortes. Durant les heures et les jours suivant la liposculpture, on peut ressentir une sensation d’engourdissement ou une légère douleur, comme s’il s’agissait d’un hématome. Dans la plupart des cas, rien de bien gênant.

 

Découvrez nos autres sujets bien-être

Une réflexion sur « Le Coolsculpting : outil phare de la liposculpture »

  1. Le coolsculpting se popularise de plus en plus en France, il y a encore 1 an je ne connaissais pas du tout ce concept, il me plairait bien d’essayer mais je me suis renseigné sur les différents tarifs et ça me parait un peu cher. On verra bien si je change d’avis dans quelques mois.

    Nath

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *