coach sportif

Jeûne intermittent, l’hygiène de vie à adopter

Le jeûne intermittent, nouveau régime minceur à la mode ? Loin de là, cette hygiène de vie est plutôt un retour aux sources. Une méthode qui réussit là où toutes les autres pêchent, l’une étant trop restrictive, celle-ci impraticable, celle-là épuisante, etc. et avec des études scientifiques pour l’appuyer. On aborde ici l’intermittent fasting (FI), ou jeûne intermittent.

Une assiette vide représentant le jeûne intermittent.

Principes du jeûne intermittent

Vous serez surpris d’apprendre que de nombreux Français suivent déjà (presque) le jeûne intermittent. En effet, sauter le petit déjeuner comme 15 % d’entre eux en est une des formes. Cela fait tout de même presque dix millions de personnes.

Pour un jeûne intermittent dans les règles, on réserve une durée limitée dans la journée pour s’alimenter, entre 5 et 8 heures. Le reste des 24 heures, on boit de l’eau, du thé, de la tisane ou du café sans sucre. Et on dort, cela facilite le programme. Cela se décline de plusieurs façons : on ne mange pas pendant 16 heures et on mange sur une durée de 8 heures, ou bien sur la base de 17 et 7 heures, voire 19 et 5 heures pour les plus motivés. Il faut s’en tenir à la fenêtre d’alimentation pour les repas et reposer son estomac en dehors. On peut aussi jeûner un jour ou deux par semaine, mais cela se rapproche du jeûne long, aux effets différents.

À part cette règle, le jeûne intermittent ne préconise pas particulièrement de réduire les calories, d’interdire ou de manger plus certains aliments, contrairement à tout autre régime. Il suffit de manger sainement. Bien sûr, c’est possible d’adapter un régime végétarien, sans gluten ou autre au jeûne intermittent, mais ce n’est pas dans son ADN. C’est pourquoi on parle plus d’un mode de vie que d’un régime.

Les adeptes du jeûne intermittent préconisent enfin d’écouter son corps. Inutile de baver devant l’horloge quand la fenêtre arrive dans quelques minutes. Toutefois, la faim est nécessaire pour obtenir de bons résultats avec le jeûne.

La science pour fondation et validation

Le jeûne intermittent base ses principes sur des observations scientifiques et ses bienfaits sont vérifiés par des études scientifiques.

Le jeûne intermittent suit l’idée que l’homme a passé des millions d’années à chasser et cueillir difficilement ; bien plus qu’à bénéficier de l’abondance alimentaire des supermarchés (même pas un siècle). Ainsi, revenir à deux repas par jour ne va pas malmener votre corps, témoin de millénaires d’habitudes profondément ancrées. Il va même préférer et rétablir pas mal de mécanismes enroués (hormonal, détoxification, vitalité, élimination, échanges cellulaires, etc.).

Toutefois, on ne peut pas rapprocher les trois repas qu’on prend habituellement, ou plus avec les encas, sans quelques aménagements. L’apport de sucre en particulier doit être repensé pour éviter les coups de barre. Là, le jeûne se base sur l’indice glycémique. En privilégiant des denrées à IG bas ou moyen, on est à l’abri de pics et chutes glycémiques. Ces deux habitudes ont un effet positif sur la façon dont les cellules réagissent au sucre, en particulier sur le diabète de type II.

Autre avantage vérifié scientifiquement, l’augmentation d’hormones de croissance a pour effet de préserver le muscle tout en équilibrant la glycémie, à cause de la faim ressentie. Cette faim a aussi pour effet de brûler la graisse. Résultat : la perte de poids après un minimum de quatre semaines de jeûne intermittent est sûre. En l’adoptant à l’année, on parvient à un poids de forme. Avec des séances de coaching pour maigrir, on atteint ses objectifs de minceur. Enfin, autre effet attesté de ce stress dû à la faim, le corps se met à lutter plus activement contre l’oxydation cellulaire : on vieillit moins vite.

Avec peu d’efforts à fournir pour un maximum de résultats, si l’on en croit les études, le jeûne intermittent mérite qu’on s’y intéresse et en plus cela ne vous coûtera rien. C’est peut-être pour cela que les inventeurs d’autres régimes le descendent en flèche…

 

Autres articles sur les régimes minceur

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *