coach sportif

Savate boxe française : petit tour de la discipline

Un gant de boxe porté par un boxeur.
Un sport qui renforce tout le corps et qui permet de se défouler

La Savate est l’une des disciplines les plus récentes parmi celles regroupées sous l’étendard de la boxe. Mobilisant pieds et poings dans des combats très physiques, elle attire malgré tout les débutants en sport de combat. En effet, elle s’adapte aisément à tous les niveaux et à tous les âges et s’attarde sur la sécurité des pratiquants.

Futur tireur ou future tireuse, laissez-vous tenter par la Savate boxe française au travers de notre introduction !

La Savate, une discipline assez jeune

La Savate boxe française n’apparaît qu’au XIXème siècle et s’inspire très clairement de la boxe anglaise. À une différence (importante) près, la mobilisation des pieds en plus de celle des poings.

Au départ, la discipline est pensée pour répondre au besoin de se défendre, principalement dans les rues de Paris. Elle est alors assez violente, également déployée pour remplacer les duels armés.

Plusieurs approches de la pratique se succèdent dans les années qui suivent. Tour à tour sont valorisés sa simplicité, son côté spectaculaire ou encore ses effets bénéfiques sur la santé 1. C’est ainsi qu’elle prend ses lettres de noblesse et perd sa dimension rébarbative.

Le déroulement d’un combat de Savate

Selon le niveau de compétition, le combat de Savate peut hautement varier en intensité. Il oppose deux tireurs du même sexe et de la même catégorie. Cette dernière peut-être évaluée selon trois paliers distincts :

  • L’assaut : Les adversaires s’affrontent à la « touche », et ont ainsi interdiction de mettre de la force dans leurs coups.
  • Le pré-combat : Toute la force des tireurs peut être déployée à condition qu’ils portent des équipements de protection (casque et protège tibias).
  • Le combat : Si l’intensité est la même qu’au pré-combat, les boxeurs ne sont munis que de peu d’équipement (protège-dents et coquille).

La fédération française de savate boxe française (FF savate) propose sur son site une vidéo de présentation des spécificités assaut et combat !

Bien entendu, le port des gants est toujours obligatoire. Le combat a lieu sur un ring et est sous la supervision d’un arbitre lors des compétitions.

Techniques en boxe française

La savate est donc l’une des boxes pieds poings existantes. Parmi les techniques typiques de la boxe française, il y a les coups de pied suivants :

  • Fouetté : Ce coup, comme les suivants, peut être porté vers le bas ou le milieu du corps. Le tireur pivote de sorte à orienter la jambe en action vers son adversaire. La jambe ainsi levée est fléchie au niveau du genou et n’est en extension que lorsqu’elle est à la hauteur souhaitée. Le dessus du pied vient ainsi frapper l’adversaire.
  • Le chassé frontal : Il s’agit de repousser l’adversaire avec le dessous de son pied. En restant de face, la jambe et levée en flexion, genou vers la poitrine, puis est projetée en extension totale vers le tireur adverse.
  • Le chassé latéral : La technique est similaire à celle du chassé frontal, à l’exception du fait que le tireur se place de profil par rapport à son concurrent.

Pour les coups de poings, ils reprennent les essentiels que nous retrouvons déjà en boxe anglaise (uppercut, direct, crochet…).

Le corps du tireur / de la tireuse est constamment en mouvement sur le ring. Ainsi, il s’agit d’un sport excellent pour le système cardiovasculaire. De nombreuses esquives et parades sont déployées pour faire face aux attaques de l’adversaire.
La discipline demande une grande maîtrise technique de la part des boxeurs.

Améliorer son bien-être avec un coach personnel spécialisé en Savate

Se défouler et canaliser ses émotions

La boxe française est un sport à la fois pour se défouler et pour apprendre la maîtrise de soi.

D’une part, l’activité physique en elle-même permet de décompresser, en particulier dans le cas de ce sport de combat. Quoi de mieux que de frapper dans un sac pour extérioriser et chasser les mésaventures de la journée ? On pourrait même la qualifier de pratique sportive ludique !

D’autre part, la savate reste bien loin d’un déchainement de colère. C’est aussi le moyen idéal pour apprendre à gérer ses émotions et maîtriser son corps. En effet, la pratique nécessite un contrôle permanent de la part du tireur, qui doit mesurer ses gestes. C’est tout particulièrement le cas en assaut, où il ne doit pas mettre de la force dans ses coups, ce qui n’est pas si simple. Cela permet de prendre confiance en soi !

Comme tout sport de combat, la savate est conditionnée par un ensemble de préceptes 2. La bonne conduite est primordiale pour pouvoir boxer, et les règles se doivent d’être respectées. Ce n’est pas pour rien qu’on parle d’art martial : les gestes sont précis et doivent être effectués correctement.
En ce sens, il est indispensable d’être accompagné par un coach sportif pour sa sécurité, comme pour celle du tireur adverse !

Améliorer sa santé grâce à la boxe

Nous évoquions les bienfaits de la savate pour le système cardiovasculaire plus en avant. La corde à sauter est d’ailleurs très en vogue chez les boxeurs (toutes disciplines de boxe confondues).

Toutefois, la boxe française a encore bien des atouts dans sa manche.

Pour un renforcement musculaire global et équilibré, elle est idéale ! Une bonne préparation physique à cette discipline nécessite d’ailleurs des exercices de musculation. Cela passe par du gainage, des pompes ou encore des exercices très dynamiques tels que le mountain climber.
Le shadow boxing est également intéressant pour s’échauffer. Pour faire simple, la pratique de la savate boxe française, ça ne s’arrête pas au ring en lui-même.

Associée à une bonne alimentation, elle permet d’avoir une excellente forme physique, avec peu de masse grasse, le tout sans s’ennuyer !

Si vous voulez découvrir la savate boxe française, n’hésitez pas à nous contacter pour être mis en relation avec un coach sportif particulier également professeur de boxe !

Références

  1. J. F. Loudcher, dir. G. Andrieu, Histoire de la savate, du chausson et de la boxe française : de ses origines populaires à sa pratique sportive (1797-1967), Thèse de doctorat en Sciences biologiques et médicales, Sciences et Techniques des Activités Physiques et Sportives, 1996, Bordeaux. Disponible sur theses.fr.
  2. J. Hébert, Arts martiaux, sports de combat et interventions psychosociales, Presses de l’Université du Québec, 2011. Disponible sur books.google.fr.
Publié le